GIDDE

Dernières parutions répertoriées


couverture
Voyage au-delà du par-delà
"On voyage le plus souvent sur les pas de ceux qui vous ont précédé. J’ai choisi de mettre les miens dans les traces...


couverture
Leçons de Ténèbres
Ces nouvelles – variations sur la solitude de l’homme et plus encore leçons de ténèbres – sont autant d’explorations de...


couverture
Contre la tactique de l'horloge
Contre la tactique de l’horloge rassemblent ce que l’auteur nomme des proses. Ces dernières sont à chaque fois constitutives...


couverture
&caetera
“Pierre Soletti nous offre dans une écriture subtile et ludique ‒ une partition, un rébus, un casse tête àmille...


couverture
Ici et ailleurs
François Place est un auteur-illustrateur qui a commencé son parcours en 1985 dans la maison Gallimard comme illustrateur de...


couverture
Garder un pied dehors
La collection Lyre s'attache à prolonger et enrichir l'expérience de la lecture. Mêlant les MOTS, les IMAGES et les SONS,...


couverture
Ouste n°23
À l’image du festival Expoésie, dont elle constitue le support-papier, la revue OUSTE prône la rencontre entre poésie et art...

Santa Lucia

Poste Restante

Auteur : Jeanneret-Gris Francis.
Voir les autres titres du même auteur...

Éditeur : L'Atelier du Grand Tétras.
Voir les autres titres édités par L'Atelier du Grand Tétras...

Présentation :
Rare ! Il est des mots que le poison publicitaire dévalue. Cependant, il faut bien le dire, voici un livre rare. Il ne le serait déjà que par l’obstacle que son auteur, avec le naturel de son détachement, déjoue, en traitant, après de si illustres prédécesseurs, le sujet de la mort à Venise.
Par-delà ce qui aurait pu être un essai, un récit, une suite de réflexions sur le face-à-face avec la mort et sur la fin de l’Histoire, l’auteur a unifié ces distinctions, à la faveur d’une envoûtante unité d’écriture qui renouvelle l’art du journal poétique.
Francis Jeanneret-Gris écrit bien là pour dire, à travers Venise, son adieu à la vie. Pourtant, cette mort, à peine suggérée, quasiment imperceptible, exempte de lamentations, est en fait, pleinement assumée parce qu’elle est avant tout motif à célébrer ce qui a été, ce qui reste, le goût de vivre. « Il faut t’accrocher même si ton cancer te taraude insidieusement, mais tu l’auras. C’est peut-être pour cela que tu écris. Ta plume est ton meilleur scalpel » (p. 53).
La littérature, comme fort heureusement le tourisme, n’ont pas épuisé Venise. C’est que l’auteur sait qu’elle sera toujours secrète et qu’il ne la recherche, pour le plus grand intérêt du lecteur, que là où elle est restée secrète.
Journal du dédoublement, (le « je » s’est déjà effacé), la forme narrative est conduite sur le mode du « tu » qui renvoie tantôt à l’auteur, tantôt à la compagne de sa vie, journal de l’entre-deux où se confronte passé et présent, où se relient Venise et Padoue, son « poumon », ce journal accroît encore sa densité à travers l’étude assidue de l’œuvre de Giotto et les méditations sur Cesare Pavese. D’un bout à l’autre de Santa Lucia, ces ultimes compagnons donnent, chacun à leur manière, échos au métier de vivre.
Daniel Leroux


couverture

Illustrateur : .
Illustration(s) :

Informations complémentaires :
ISBN : 978-2-911648-49-6
Nombre de pages : 176 p.
Format : 13x21,5 cm.
Genre : Roman
Date de parution : 15/02/2012
Prix : 16 €



Retour au catalogue
Conception : Simon Pasquier - Réalisation : Christophe Boulaye - Avec le soutien de la DRAC de Franche-Comté - Qui-sommes nous ? - © GIDDE 2011